Archives de Tag: Répression

Escadron de la Muerte anti-WebVilains

Attention lecteur … chuuttt … tu es un WebVilain.

C’est quoi un WebVilain ? C’est une personne qui va sur des sites pas très très recommandables. Profites encore un peu de ta liberté WebVilain, comme le prisonnier fumant sa dernière cigarette avant d’être fusillé.

Parceque c’est bientôt plié pour toi.

Entre les boites noires chez les opérateurs et l’Escadron de la Muerte anti-WebVilains, ta liberté est bien encadrée.

A tout moment, si tu tapes par exemple #RobertChardon sur twitter, tu risques de voir des policiers de l’Escadron de la Muerte anti-WebVilains descendre par tes fenêtres.

Parceque papa Manuel, notre Leader Citoyen de la République Démocratrique Populaire de France, il a un joli cadeau pour toi. C’est quoi ? Officiellement, l’Escadron de la Muerte anti-WebVilains s’appellera l’«unité nationale de lutte contre la haine sur Internet, UNLCHI». De facto, si tu es poursuivi par cette unité du BIEN contre le MAL, c’est que FORCEMENT, tu es du côté du MAL, puisque cette unité est du côté du BIEN. Logique imparable. Et tu te retrouveras isolé de tous. Petit mouton loin du troupeau. Bêêêê.

Le Bien. Le Mal. Bien. Pas bien. Bêêêê.

NoSignal

Tagué , , ,

Courage à l’UMP : point trop n’en faut

Hervé Mariton a décidé de se séparer de son assistante parlementaire Jeanne Pavard suite à un portrait sur Mediapart de celle-ci.

Elle avait osé citer Dominique Venner sur Facebook et avait été candidate sur une liste étudiante de droite il y a 7 ans.

Courage à l’UMP : point trop n’en faut.

Pour rappel, article L122-45 du Code du Travail si Monsieur Mariton se croit au-dessus des lois :

« Aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement ou de l’accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, notamment en matière de rémunération, de formation, de reclassement, d’affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat en raison de son origine, de son sexe, de ses moeurs, de son orientation sexuelle, de son âge, de sa situation de famille, de ses caractéristiques génétiques, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son patronyme ou en raison de son état de santé ou de son handicap.

Aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire visée à l’alinéa précédent en raison de l’exercice normal du droit de grève.

Aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire pour avoir témoigné des agissements définis aux alinéas précédents ou pour les avoir relatés.

En cas de litige relatif à l’application des alinéas précédents, le salarié concerné ou le candidat à un recrutement, à un stage ou à une période de formation en entreprise présente des éléments de fait laissant supposer l’existence d’une discrimination directe ou indirecte. Au vu de ces éléments, il incombe à la partie défenderesse de prouver que sa décision est justifiée par des éléments objectifs étrangers à toute discrimination. Le juge forme sa conviction après avoir ordonné, en cas de besoin, toutes les mesures d’instruction qu’il estime utiles.

Toute disposition ou tout acte contraire à l’égard d’un salarié est nul de plein droit. »

Tagué , , ,

Conférence de presse sur le harcèlement juridique et la répression de la liberté ce lundi 3 juin à 15h15 à Paris : la gauche veut nous tuer

Réagissant aux intimidations juridiques qui pleuvent sur cinq contributeurs de Riposte Laïque, Pierre Cassen, dans Boulevard Voltaire, décortique les différentes complicités des maîtres-censeurs (associations musulmanes, antiracistes et magistrats politisés), et informe de la conférence de presse qui sera tenue, ce lundi 3 juin, à 15 heures 15, à Paris, au Café du Pont Neuf, en compagnie de Robert Ménard, Christine Tasin et Karim Ouchikh.

Riposte laïque – et d’autres – est victime d’un véritable harcèlement juridique, avec pas moins de cinq contributeurs poursuivis, suite à des plaintes souvent grotesques, mais instruites, et donc coûteuses. Ils veulent vraiment nous tuer.

Estimant que cela commence à faire beaucoup, nous avons décidé de tenir une conférence de presse, sur la question du harcèlement judiciaire contre la parole libre, avec Robert Ménard, Christine Tasin et Maître Karim Ouchikh.

Espérons que ceux qui ont pour mission d’informer nos compatriotes seront au rendez-vous.

Plus d’informations ici.

Tagué , ,