Archives de Catégorie: Travail

Solidarité : un travail pour une des nôtres

Vous cherchez quelqu’un dans votre entreprise ou vous connaissez quelqu’un susceptible d’avoir besoin de quelqu’un dans son entreprise ? Faites-le nous savoir urgemment !

Nathalie est une des nôtres. Elle est sans emploi actuellement et elle n’aura bientôt plus droit aux indemnités chômage.

Pourtant, Nathalie est une battante, elle a de l’expérience : Administratif, secrétariat, commercial, accueil, standard, achats, vente, merchandising, marketing, gestion stocks, recrutement, management, tenue des caisses et banque, gestion des instances, priorité des urgences, maîtrise de l’outil informatique …

Pourtant Nathalie a des qualités évidentes : autonomie, conscience et rigueur professionnelles, esprit d’initiative et d’équipe, sens des responsabilités, facilité d’adaptation, diplomatie et pédagogie, disponibilité, aisance relationnelle, ponctualité, dynamisme, esprit vif, polyvalence, réactivité, flexibilité, esprit d’analyse …

Alors si vous pensez que Nathalie peut trouver sa place dans votre entreprise ou celle d’un ami, que ce soit pour un CDD ou CDI … Faites nous signe.

Envoyez-nous un email à « admin@liguefrancilienne.com » ou à « bureau@liguefrancilienne.com ». Nous vous mettrons en relation avec elle afin qu’elle vous fournisse son CV détaillé.

Tagué

Fantozziland, le pays des rêves perdus

la-defense

Fantozziland, le pays des rêves perdus

Il parait que dans certains grands groupes du CAC40 basés à La Défense, on mesure le succès d’un individu au nombre de fenêtres présentes dans son bureau. Tragique destin pour un homme que celui-là. Pauvre homme en vérité. Vous sentez vous en adéquation avec ces valeurs ? Pensez-vous que la valeur de votre existence se mesure à l’épaisseur d’une moquette, au cuir de votre fauteuil de bureau ?

Il se vendrait 65 millions de boites d’antidépresseurs par an en France.

Nous pensons que cette société, malgré sa fantastique capacité à nous développer technologiquement est un échec humain. L’erreur est d’avoir privilégié le PIB au détriment de la recherche du bien-être et du bonheur. Illusoire ? Peut-être. Mais a-t-on seulement cherché ?

Bien-être : le bien-être est un état lié à la santé, au plaisir, à la réalisation de soi, à l’harmonie avec soi et les autres.

Bonheur : le bonheur est un état durable de plénitude et de satisfaction, état agréable et équilibré de l’esprit et du corps, d’où la souffrance, le stress, l’inquiétude et le trouble sont absents.

Extrait de Fantozzi, film comique italien avec comme acteur principal Paolo Villaggio, obscur employé d’une multinationale qui produit de tout, la Megaditta « ItalPetrolCemeTermoTessilFarmoMetalChimica ». Tous les matins depuis 16 ans, Fantozzi optimise son réveil à 6h15 et calcule chaque seconde nécessaire pour chaque étape jusqu’à son arrivée dans l’entreprise à 8h30. Elle est pas belle la vie hein ?

Tagué , ,

Le gouvernement socialiste reprécarise l’emploi des salariés précaires. Salauds de précaires !

Depuis le 1er janvier 2013, les particuliers employeurs ne peuvent plus payer les charges sociales de leurs salariés déclarés en Chèque emploi service universel (CESU) en base forfaitaire (aujourd’hui 6,60 € de l’heure, quel que soit le salaire horaire net) avec la conséquence de rendre le régime réel obligatoire (les charges représentent alors 82% du salaire net).

Cela signifie une augmentation importante du coût net à supporter pour le particulier employeur selon le niveau de salaire de l’employé. 5,13% d’augmentation pour un salaire net de 9 euros de l’heure … mais 53,61% pour un salaire net de 35 euros de l’heure.

Précarisation

Quelles conséquences pour les « indépendants salariés CESU » ?

Elles sont catastrophiques.

Quelle famille / particulier employeur va accepter que le coût horaire réel de son jardinier augmente de 10 €, que le coût horaire réel du prof de piano augmente de près de 20 € ?

Ainsi, pour payer le prof de piano, la famille devrait lui verser 30 €, payer 25 € de charges, pour récupérer un an après 27,5 €…

Il sera évidemment nettement plus simple de lui donner 25 € « au black » : pas de déclaration à faire, pas de sortie de trésorerie, et par conséquent 0 € de charges sociales pour les caisses de la sécu !

Le travail au noir va de nouveau exploser pour ces métiers, ce qui était en fait l’argument n° 1 de la base forfaitaire : réduire le travail au noir et encaisser un peu de cotisations.

Les « indépendants salariés CESU » sont peu, méconnus, inorganisés, sans moyens. Ils ont été tirés comme des lapins par le gouvernement socialiste.

Le gouvernement socialiste reprécarise l’emploi des précaires. Vous avez dit socialiste ?

Tagué ,