Le gouvernement doit faire intervenir l’armée contre l’ennemi intérieur

Le gouvernement doit faire intervenir l’armée contre l’ennemi intérieur.

Les pouvoirs publics n’ont pas pris la mesure de la véritable nature des actes qui se trament actuellement en banlieue : il s’agit désormais de véritables opérations de guérilla urbaine et de déstabilisation du pays, très probablement en coordination avec des organisations étrangères souhaitant ouvrir un front en Europe Occidentale, comme cela est en cours dans le Caucase (Emirat du Caucase).

Quand l’ennemi intérieur prépare des cocktails Molotov …

Quand l’ennemi intérieur provoque les forces de l’ordre pour les inciter à les suivre dans des véritables embuscades …

Quand l’ennemi intérieur organise des regroupements de la taille d’une compagnie d’infanterie qui se constituent, s’organisent, se coordonnent, se déplacent en environnement urbain selon des schémas précis, en effectuant des opérations de sabotage (coupures de courant, incendie de véhicules, menaces et violences contre les citoyens …) …

Quand l’ennemi intérieur organise un véritable trafic d’armes de guerre dans les cités dite sensibles et n’hésite plus à faire feu sur les forces de l’ordre …

Quand l’ennemi intérieur teste ses propres capacités d’organisation et les capacités de réaction de l’Etat …

Il est alors temps que l’autorité de l’Etat et le respect des institutions soient restaurés et que le gouvernement engage la Bataille de France.

Pour cela.

Le couvre-feu doit être instauré de manière généralisée sur l’ensemble du territoire national. Et cela sans limite de date.

L’armée doit se déployer dans les zones de sécurité prioritaires. Les sorties et entrées de ces zones doivent être placés sous contrôle de la gendarmerie. Un ratissage systématique de ces zones doit être mis en place par l’armée, l’ensemble des habitations doit être fouillé pour saisir armes, munitions, ainsi que produits de tous trafics.

Les meneurs de l’ennemi intérieur doivent être identifiés, jugés sur place par un tribunal militaire pour être ensuite incarcérés ou exécutés.

Les prisons doivent être mis sous contrôle de l’armée. Les islamistes doivent être isolés des autres prisonniers. De nouvelles structures doivent être construites pour permettre leur isolement individuel. Le règlement intérieur des prisons doit être très fortement durci pour restaurer la sécurité du personnel.

Une réforme en profondeur de la magistrature doit être entreprise, afin que le travail d’enquête des forces de l’ordre (police municipale, police nationale, gendarmerie) porte enfin ses fruits. Par ailleurs, un durcissement des peines doit décourager le passage à l’acte des mineurs. La responsabilité pénale des parents de mineurs doit être engagée si nécessaire en cas de connivences contre l’Etat. Les parents en détresse façe à une jeunesse à la dérive doivent être soutenus dans leur oeuvre éducatrice, dans un premier temps par une médiation sociale qui doit être ferme, et si nécessaire par l’appui des forces de police et de justice.

Enfin la peine de mort doit être restaurée, non pas dans un esprit de dissuasion, mais afin d’éliminer physiquement l’ennemi intérieur.

Il est temps que cet ennemi intérieur soit mis hors d’état de nuire.

Si des mesures fortes et volontaires ne sont pas prises rapidement au plus haut sommet de l’Etat, il faut craindre pour les mois et années à venir une véritable escalade de la violence, et l’émergence d’une organisation officielle de l’Etat Islamique sur le territoire français, peut-être sous la forme d’un Emirat auto-proclamé faisant allégeance à l’Etat Islamique.

Nous appelons le gouvernement à tuer dans l’oeuf toute vélléité de l’Etat Islamique et de ses affiliés de transformer le pays en zone de guerre.

Tagué , ,
%d blogueurs aiment cette page :