Affaire Vincent Lambert : ils veulent tuer un innocent

Comment peut-on décemment ôter la vie à un homme qui est vivant et qui est un innocent, et de la manière la plus horrible qu’elle soit, en le laissant mourir de faim et de soif ?

Cela n’est pas acceptable. Il s’agit tout simplement d’un assassinat. C’est insupportable et contraire aux fondements même du respect de la dignité humaine. Tout jugement, y compris celui de la CEDH qui irait à la rencontre de ces principes doit être considéré par la société comme nul et non avenu.

Pour rappel, l’Aktion T4 en 1940 sous le régime Nazi (ici) est la campagne systématique d’assassinat en vue d’éliminer les handicapés mentaux ou physiques. Au sens strict, elle ne concerne que les mises à mort au moyen de chambres à gaz, mais la plupart des auteurs y incluent l’élimination des malades mentaux par la famine, des injections médicamenteuses létales ou d’autres méthodes. Elle est effectuée à l’insu des proches des patients concernés et n’a pas pour but de mettre fin à des souffrances mais bien d’éliminer des individus considérés par les nazis comme une charge pour la société et une entrave à la « pureté de la race ». Cette campagne est également connue sous le nom de « programme d’euthanasie » et représente une forme d’eugénisme. Mise en œuvre à la demande expresse d’Adolf Hitler, l’Aktion T4 au sens strict dure officiellement de janvier 1940 à août 1941, mais les exécutions se poursuivent jusqu’à la fin du régime nazi.

« Le Reichsleiter Bouhler et le docteur en médecine Brandt sont chargés, sous leur responsabilité, d’étendre les attributions de certains médecins à désigner nominativement. Ceux-ci pourront accorder une mort dite miséricordieuse aux malades qui auront été jugés incurables selon une appréciation aussi rigoureuse que possible. »

— Adolf Hitler, le 1er septembre 1939

Signez la pétition sur le site du comité de soutien à Vincent Lambert ici.

Donnons la victoire morale aux cinq juges courageux de la CEDH qui défendent la vie de Vincent Lambert. Remercions-les et soutenons-les face à la majorité hostile de la Cour.

Nous pouvons leur écrire à ces adresses :

  • Valeriu Gritco
  • Khanlar Hajiyev
  • Jan Sikuta
  • Nona Tsotsoria
  • Vincent de Gaetano

Cour européenne des droits de l’homme – Conseil de l’Europe – 67075 Strasbourg Cedex France

Les 5 juges qui sauvent l’honneur

Les 12 autres (auto-censure, la CEDH étant très menaçante … en tout cas ils savent défendre leurs propres droits, même s’ils ne savent pas défendre ceux des autres)

Tagué , , ,
%d blogueurs aiment cette page :