18 pourcents de la population française est d’origine allogène

On nous parle de statistiques ethniques. Ce n’est franchement pas nécessaire. Il est très simple de savoir quel est l’apport allogène dans la composition de la population française.

Prenons la population française, voir ici. 36,5 millions d’habitants en 1851. 52,6 millions en 1975. 64,2 millions en 2015.

Population

Pour les naissances, voir ici. Environ 800 000 naissances par an hors les 2 guerres mondiales. De manière mathématique, si le nombre de naissance est constant et que la population augmente, le ratio naissances/population baisse …

 

naissances

On nous indique ici : « En 1975, le taux de fécondité est passé sous le seuil de remplacement des générations (2,07), puis a continué à décroître jusqu’en 1993-1994 (1,66) ».

La conclusion est donc très simple : si le taux de fécondité est passé sous le seuil de remplacement des générations depuis 1975, la population ne devrait plus croître depuis 1975. Hors elle continue de croître depuis cette date. Que cela signifie-t-il ? Qu’un apport allogène de population est venu palier depuis cette date à l’incapacité du peuple français à assurer ses nouvelles générations. On peut donc estimer à environ 11,6 millions de personnes soit 18% de la population française la population d’origine allogène et donc à 82% de la population française la population autochtone. Par ailleurs, la population augmentant d’environ 1 million de personnes tous les 3 ou 4 ans, on peut estimer la population d’origine allogène s’installant en France de 250000 à 330000 personnes par an, soit l’équivalent de la population de Nantes (260 000 habitants) ou de Nice (322 000 habitants). Avec il va de soit, leurs cultures, leurs moeurs, leurs traditions, leurs religions.

Détails non anodins : la loi Veil sur l’IVG de 1975 (ministre de la santé de l’époque Simone Veil, président de la République de l’époque Valéry Giscard D’Estaing) et la loi sur le regroupement familial de 1976 (premier ministre de l’époque Jacques Chirac, président de la République de l’époque Valéry Giscard D’Estaing). D’un côté, on favorisait la non-reproduction de la population autochtone, et de l’autre côté, on favorisait une immigration de peuplement. Qui ? la droite qui vient de gagner les élections départementales.

Tagué , ,
%d blogueurs aiment cette page :