Une guerre du nucléaire est engagée entre l’Etat Islamique et la France

La France est désormais est désormais considérée comme un de ses ennemis majeurs par l’Etat Islamique.

Les forces françaises déployées en Afrique au Mali et au Niger constituent un dispositif destiné à bloquer l’avancée de l’EI afin de sécuriser l’extraction d’uranium par Areva au niger (site principal en Afrique).

Aujourd’hui, l’uranium nigérien permet de fabriquer le combustible nécessaire pour faire fonctionner une vingtaine des 58 réacteurs nucléaires français. Deux mines situées dans la région d’Arlit et d’Akokan, au Nord du pays, produisent chaque année 3 000 tonnes d’uranium.

Si on fait le parallèle entre le survol de 16 sites nucléaires français depuis le 05 octobre, dont 5 de manière coordonnée vendredi soir, et la disparition de 11 avions de ligne en Lybie, un scénario pourrait émerger : celui d’une attaque aérienne majeure de type 11 Septembre sur le territoire français menée par des terroristes islamistes ayant pour objectif la destruction d’une ou plusieurs centrales nucléaires françaises.

N’oublions pas que le 11 Septembre était inimaginable. Et il s’est produit.

Une étude a été réalisée par un expert britannique sur la vulnérabilité des centrales nucléaires françaises aux chutes d’avion (résumé en français ; texte intégral en anglais : http://bit.ly/JWmidV).

Si ce scénario venait à se réaliser, des conséquences catastrophiques seraient à prévoir : catastrophe écologique avec pollution d’une partie du territoire, déplacement de population, écroulement boursier, remontée brutale de taux des prêts à l’Etat Français avec pour conséquence l’explosion de la dette et une mise à genou de l’Etat Français et de son économie.

Tagué , , ,
%d blogueurs aiment cette page :