Archives Mensuelles: octobre 2014

Manifestation anti-salafiste à Hambourg le 15 novembre

Nos Camarades du HoGeSa organisent une nouvelle manifestation le 15 novembre à Hambourg.

Déjà 6000 participants en 24 heures.

La manifestation démarrera à la « Schanze », le quartier des communistes.

Nous appelons tous les patriotes français à soutenir les camarades allemands dans leur combat.

Unité des Patriotes Européens français, allemands, anglais, italiens …. contre les combattants islamistes et le Système qui trahit les peuples !

Le combat des allemands contre les Salafistes

A Cologne environ 5000 camarades du HoGeSa ont manifesté contre les salafistes. Le mouvement HoGeSa est constitué pour l’essentiel de pères de famille, d’ouvriers, de contribuables.

Le site HoGeSa ici.

D’autres vidéos ici.

Débat Tasin-Roudier sur le régionalisme

unnamedDEBAT ANIME PAR LA « LIGUE FRANCILIENNE » : TASIN-ROUDIER SUR LE RÉGIONALISME ; DEUX VISIONS DIFFÉRENTES, MÊME AMOUR DE LA FRANCE…

Décidément, le début de semaine dernière a été agité pour Christine Tasin. Après avoir passé l’après-midi de mardi au tribunal, près de l’éléphantesque Tubiana qui voulait obtenir à tout prix son adresse, elle était dans les studios de TV-Libertés, ce mercredi, pour un débat de 30 minutes, animé par Martial Bild, avec Richard Roudier, président de Réseau Identités. Thème de l’échange, le dernier livre de l’infatigable militant occitan, intitulé « Lettre ouverte au président, à propos de la réforme des régions ».

Et, pour poursuivre la discussion, les deux inséparables débatteurs se retrouvaient, le soir, dans le sous-sol d’un bistro parisien, pour parler de la Charte des Langues régionales minoritaires, et revenir bien entendu sur la vraie divergence entre eux : France des Régions ou République une et indivisible.

On avait retrouvé ces divergences dans le livre « Apéro saucisson pinard » (en vente sur notre site) où les trois organisateurs de cet événement, Christine Tasin, Pierre Cassen et Fabrice Robert, avaient échangé très librement sur leurs accords et leurs divergences.

Dans son livre, Richard Roudier conteste le découpage clientéliste du président de la République, mais réclame par ailleurs de véritables régions identitaires pour la France, découpées selon l’histoire et la langue. Selon lui, il y a trois étages, la Région, la France et l’Europe, et davantage de Région, c’est bon pour une France plus forte. Dans cet esprit, selon lui, dans le coûteux mille-feuilles administratif qui caractérise le fonctionnement de notre pays, il faut en finir avec le département.

Souhaitant sortir d’un débat trop technique, Christine Tasin expliqua que, selon elle, c’étaient les Régions qui étaient de trop, et que, quelles que soient les bonnes intentions de son interlocuteur, et la sincérité de son opposition à l’Union européenne actuelle, il faisait, dans le contexte actuel, le jeu des technocrates de Bruxelles, qui veulent en finir avec les Etats-Nations, et imposer une logique « Métropole-Région-Europe », pour en finir avec « Commune-Département-Nation » en imposant l’Europe des Régions fonctionnant à travers des regroupements dits « ethniques » qui font disparaître les notions mêmes de frontières étatiques et de nation.

Christine Tasin fit remarquer que l’urgence était pour la France de sortir de l’Union européenne, et de retrouver sa souveraineté, et que cela n’était certainement pas en la morcelant en une pléiade de régions qui affaibliraient son unité qu’on y arriverait.

Sur les langues régionales, thème du débat, le ton monta quelque peu. Richard réclamait un volontarisme de l’Etat, pour les faire revivre en leur donnant une pleine place à l’école tandis que Christine insistait sur les dangers de la Charte qui impose l’emploi des langues minoritaires et régionales dans les administrations, dans les tribunaux, dans les commerces, dans les écoles…  Elle montre que ce serait la fin du français et donc de la France, devenue une gigantesque tour de Babel et que cela se justifiait d’autant moins  qu’actuellement tous ceux qui veulent apprendre les langues régionales le peuvent, leur enseignement étant prévu dans tous les lycées, pourvu qu’il y ait de la demande. Elle ajouta, ce qui fit bondir Richard, que si personne n’est intéressé pour apprendre ces langues, dans les écoles ou universités, c’est que nombre d’élèves, qui peuvent les apprendre dans leurs familles, estiment qu’ils ont des priorités plus importantes, et ce n’est pas la faute de l’Etat jacobin. .

Le public posa de nombreuses questions aux deux intervenants. On regrettera que, faute de temps, Richard Roudier n’ait pas pu approfondir sa vision des régions. Admet-il que le français, sur l’ensemble du territoire, est LA langue dominante ? Est-il favorable à l’unicité législative sur l’ensemble du territoire, ou bien son modèle régional se rapproche-t-il d’un modèle fédéral ? Ces régions se contentent-elles d’être l’exécutif d’un Etat central, ou bien ont-elles un pouvoir législatif ? Et si oui, dans quel domaine ?

Les participants se retireront malgré tout ravis, car, grâce aux débatteurs, ils apprirent beaucoup de choses. Ensuite, ils constatèrent que, dans une salle, peuvent cohabiter des Identitaires et des Républicains jacobins capables, comme Richard et Christine, de débattre sans concession, mais pouvant s’apprécier et s’estimer réciproquement, tout simplement parce que, tous les deux, ils aiment la France, ce que personne ne peut leur contester.

Paul Le Poulpe

Tagué , ,

La 8e Journée de Synthèse nationale : un succès !

P1000380C’est près de 800 personnes qui, au cours de la journée de dimanche, sont venues assister à la réunion annuelle de Synthèse nationale qui se tenait à Rungis (94).

Dès 11 h 00, à l’ouverture des portes, nous savions que cette 8e édition des journées nationalistes et identitaires serait un succès. Une fois le guichet passé, les nombreux amis qui étaient venus parfois de très loin purent visiter les stands qui avaient été dressé dans un large couloir et dans un grand hall réservé à cet effet. Le premier d’entre ces stands était bien sûr celui de Synthèse nationale, situé juste après l’accueil, où étaient présentés les livres que nous éditons ainsi que notre nouvelle revue, née au mois d’avril dernier, Les Cahiers d’Histoire du nationalisme. De nombreux abonnements à celle-ci furent enregistrés ce dimanche. Autre attraction sur le stand, la présence du célèbre dessinateur de presse Aramis qui vient de réaliser un recueil de ses meilleurs dessins publiés ces dernières années intitulé « Ça calme ! ». Cet album de 310 pages, édité par Les Bouquins de Synthèse nationale, est tout simplement hilarant. Aramis passa sa journée, ou presque, à le dédicacer. Il en fut de même pour Georges Feltin-Tracol avec son dernier livre-choc En liberté surveillée

Après l’étape incontournable au stand de Synthèse nationale, les visiteurs, de plus en plus nombreux au fur et à mesure que la matinée s’achevait, pouvaient rencontrer sur le stand du quotidien Présent, dont la nouvelle formule n’a échappé à personne, Francis Bergeron, Catherine Robinson, Thierry Bouzard ou Philippe Randa. Ils purent aussi visiter, dans le grand hall, celui de Rivarol où se trouvaient nos amis Jérôme Bourbon, Scipion de Salm et Robert Spieler. Il y avait là aussi le dernier numéro des Ecrits de Paris et des livres de collaborateurs de l’hebdomadaire de l’opposition nationale et européenne. A côté de Rivarol, la revue et l’association Terre et peuple dont les militants nous furent d’une aide précieuse pour la préparation de la réunion.

Côté mouvements, le stand du Parti de la France attira de nombreux sympathisants. Il jouxtait celui de Northmen impakt, le talentueux groupe musical qui devait se produire, juste après Docteur Merlin, à la fin de notre réunion. Il y avait aussi celui du Réseau identités et de la Ligue francilienne d’Hugues Bouchu qui diffusait le dernier livre de Richard Roudier sur le redécoupage fantaisiste de la France que veulent nous imposer Valls et Hollande. Le Cercle Franco-hispanique, fidèle de nos journées, l’association Fier de l’être avec ses fameuses cartes postales non-conformistes, étaient aussi présents ainsi que bien d’autres…

Côté stands commerciaux, le plus grand était celui de Tribann, le magasin lillois de vêtements qui rencontra un certain succès. Il y avait aussi le sympathique serrurier Pierre Chabot, bien connu des nationaux parisiens, les vins et alcools des terroirs de France et d’ailleurs qui firent un tabac. Il en allait de même pour les éditeurs comme La Diffusion du Lore, Déterna ou les Editions Damase qui présentaient leurs derniers livres parus. Partout régnait la bonne humeur et les exposants tout comme les visiteurs ne regrettaient visiblement pas d’être venus.

De nombreux écrivains et collaborateurs de notre revue, tels Jean-Claude Rolinat, Nicolas Tandler, Patrick Gofman, Philippe Randa, Pieter Kerstens dédicaçaient leurs ouvrages sur les stands.

A 11 h 30, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, prononça un discours d’ouverture dans la salle de réunion (400 places) qui était déjà presque pleine. Il annonça que cette 8e journée était dédiée à Olivier Grimaldi, fondateur du Cercle Franco-hispanique et ami de notre revue, qui nous a quitté au début du mois de mars à la suite d’une longue maladie.

Débuta ensuite la table-ronde animée par Robert Spieler. Georges Feltin-Tracol, qui vient de publier un remarquable livre-choc, En liberté surveillée, développa le thème de la journée, « Nations, civilisations… des mots qui pour nous veulent encore dire quelque chose ! ». Son exposé sera prochainement en ligne sur ce site. Puis Arnaud Raffard de Brienne attaqua le nationicide Traité transatlantique. Il rappela que Synthèse nationale fut la première, à droite, à dénoncer ce traité. Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France, évoqua pour sa part l’engagement politique et David Charpen, Président de Résistance à l’immigration, l’engagement associatif. Enfin Richard Roudier, Président du Réseau identités développa les propositions identitaires sur le redécoupage de la France.

A partir de midi, jusqu’au milieu de l’après-midi, l’espace restauration ne désemplie pas un instant.

A 15 h 30 débuta le meeting très attendu. Luc Pécharman ouvrit la séance avec une brillante intervention sur la « novlangue », fléau des identités. Puis ce fut le tour de Francis Bergeron qui profita de son intervention pour présenter le nouveau Présent. Jérôme Bourbon qui lui succéda fit, avec le talent que nous lui connaissons, une analyse de la situation politique du moment et rappela que Rivarol était à nouveau victime de la répression du Système. Ce fut le tour de Serge Ayoub. Le porte-parole du Courant solidariste français fit un exposé sur la notion du temps. Le temps qu’il a fallu pour créer une nation comme la France ou une civilisation comme la civilisation européenne. Ce qui ne se fait pas avec le temps ne résiste pas à l’épreuve du temps. Pierre Vial pour sa part nous fit, comme d’habitude, un remarquable exposé sur nos identités menacées. Ce fut un délice de l’écouter.

Enfin Roland Hélie conclu le meeting en appelant les participants à continuer et amplifier le combat nationaliste et identitaire : « Nous ne pouvons pas nous résigner à voir notre nation et notre civilisation disparaître. Le combat que nous menons ne s’arrête pas aux échéances électorales, c’est un combat qui doit nous mener à la victoire. Le XXIe siècle sera celui du réveil des peuples et des nations ! »…

La partie politique de la journée étant terminée, ce fut la partie festive qui commença. Docteur Merlin et Northmen Impakt se chargèrent parfaitement de faire passer en chanson les messages qui sont les nôtres. Le concert fut un véritable succès. Terminer une Journée de Synthèse nationale par un concert était une première. Gageons que cela devienne une tradition…

A 18 h 30, comme prévu, les portes se refermèrent et chacun rentra chez soit avec la ferme volonté de se battre pour que vive la France française et que vive l’Europe européenne !

Tout au long de la semaine nous reviendrons sur cette journée de SN avec des films et des documents.

Tagué

Manifestation organisée par Chrétienté-Solidarité pour la libération d’Asia Bibi

L’héroïque mère de famille catholique Asia Bibi ignominieusement emprisonnée depuis des années dans une geôle du Pakistan vient d’être condamnée à la pendaison sous le prétexte ubuesque d’une parole manquant de respect à l’égard du prophète de l’Islam.

Ceci prouve s’il en était besoin qu’entre l’Islam de l’Etat islamique au Levant et celui des Etats islamiques internationalement reconnus, il n’y a que quelques différences de degré et pas de nature.

Devant cette nouvelle atrocité islamique, Chrétienté-Solidarité appelle les chrétiens de ce pays et tous nos compatriotes épris de liberté et de respect de la dignité humaine à venir massivement manifester : Devant l’ambassade du Pakistan 18 rue Lord-Byron, dans le 8ᵉ arrondissement de Paris jeudi 23 octobre à partir de 19H.

Tagué ,

Communiqué Manif Pour Tous

Manif Pour Tous : le combat Identitaire pour la famille
Venus de toute la France, les militants du Réseau Identités étaient présent ce dimanche à Paris pour défendre la famille, socle fondamental de notre identité. Depuis deux ans, les identitaires manifestent aux côtés de La Manif Pour Tous pour réclamer la fin de la politique du gouvernement de François  Hollande qui souhaite, plus que jamais, opérer un changement de civilisation.
De la porte Dauphine à la place du 18 juin 1940, nous avons marché pour dire non au mariage homosexuel et à ses dérivés obligées que sont la PMA et la GPA  et pour que cessent les attaques des socialistes contre la filiation. Ils auront beau changer les lois, un enfant aura toujours besoin d’un père et d’une mère… c’est identitaire.
Aujourd’hui, le gouvernement refuse de voir la colère du peuple et impose ses lois refusant toute forme de contestation démocratique. C’est pour cela que les militants du Réseau Identités ont déployés en passant devant le bâtiment du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE), une banderole réclamant la parole au peuple. Ce même CESE qui en 2013 avait balayé d’un revers de la main les 700 000 signatures de la pétition déposait par La Manif Pour Tous. Depuis, le CESE a été condamné par le tribunal administratif de Paris.
Deux ans après le début du combat pour la famille, ce sont encore 500 000 personnes qui sont descendu dans la rue ce dimanche. Preuve en est que malgré à un pouvoir qui n’écoute pas le peuple, celui-ci reste plus que jamais mobilisé et est bien décidé à ne rien lâcher !
manif5oct
Tagué

Manif Pour Tous du dimanche 05/10

IMG_1727.PNG

Le Réseau Identités sera présent, ONLR !

Le rendez vous avec le Réseau-Identités est à 11h Porte Dauphine devant le Café « K´fé court » à côté de l’arrêt de bus PC1 de Lattre de Tassigny.

Tagué ,