Aidez Anne-Sophie Leclère, Victime de Taubira

annesophie

Nîmes, le 17 juillet 2014

Chère madame, cher monsieur, cher compatriote

Non vous ne rêvez pas, la France vient officiellement de réintroduire la lettre de cachet. Anne-Sophie Leclère vient d’en faire les frais : elle a été condamnée hier, le 16 juillet, à 9 mois de prison ferme et 50 000 € d’amende pour avoir diffusé sur un réseau social un cliché peu flatteur pour la garde des Sceaux.

Cette décision est basée sur des critères exclusivement politiques. Ce n’est pas madame Taubira qui dira le contraire. Elle qui n’a eu de cesse depuis sa nomination au ministère de la Justice d’assouplir les lois pour protéger les criminels les plus dangereux, s’est félicité de cette décision. Par un lapsus lors d’une interview elle avouait même que cette décision est une injustice.

Oui, aujourd’hui en France, un montage photo peut vous envoyer en prison dès lors qu’il déplaît à l’un de nos dirigeants. Mais laissez-moi reprendre l’affaire depuis le début :

Il y a quelques semaines, madame Leclere, alors candidate du Front national aux élections municipales, publiait sur sa page Facebook un montage photographique comparant Christiane Taubira à un singe.

don

Certes, la plaisanterie est de mauvais goût. Ni plus ni moins que les dizaines de caricatures comparant Marine Le Pen à un étron dans des journaux nationaux ou les insultes caractérisées que subissent depuis des années les patriotes sur les plateaux télévisés aux heures de grande écoute.
Toutefois, immédiatement, la presse s’empare de l’affaire et y voit la preuve du retour du racisme, de la xénophobie et même du nazisme en France.
Les politiques ne se privent pas non plus de profiter de cette affaire montée de toutes pièces : rien de tel pour masquer leurs fautes et détourner les Français des vrais problèmes de notre pays qu’une manipulation médiatique.
Un parti politique indépendantiste Guyanais, Walwari, fondé par Christiane Taubira, s’empare sans attendre de l’affaire et se porte partie civile. Anne-Sophie Leclere sera jugé à Cayenne, par un juge membre du très à gauche Syndicat de la Magistrature. Il est évident que ce procès n’est qu’une mascarade.
Mais il y a encore plus grave, hélas.
Car si nos juges s’en donnent à cœur joie sur les Français qui ont le malheur de déplaire à l’intelligentsia au pouvoir, ils se montrent beaucoup plus coulants avec les vrais criminels.
Pour être condamné à neuf mois de prison, dans notre pays, il faut forcer un barrage et blesser sept policiers (Ouest-France, 1er juillet 2014), tabasser sa femme jusqu’à lui briser les côtes et agresser un unijambiste à l’aide d’une massue à pics (L’Observateur du Valenciennois, 9 mai 2011), ou encore tirer des coups de feu sur un passant (L’Observateur du Douaisis, le 29 octobre 2011) ou se livrer à une séance de torture raciste sur un étudiant blanc — agression, séquestration, vol — (Metro, 20 juin 2013).
Est ce que cela ressemble à l’idée que vous vous faites de la justice ? Est-ce que nous pouvons laisser se perpétrer un tel scandale ? La réponse est non et je sais que vous êtes d’accord avec moi. Notre association, qui lutte pour protéger nos compatriotes de ce genre de procès en sorcellerie, a immédiatement réagi. Anne-Sophie Leclere a décidé de se pourvoir en appel et nous serons à ses côtés.
Notre mission est aussi d’alerter nos concitoyens sur la disproportion scandaleuse de ce verdict, alors même que l’affaire était instruite en Guyane pour empêcher la défense d’être présente.
Mais pour mener à bien notre mission, nous avons besoin de votre aide. Nous avons immédiatement alerté nos avocats et nous leur avons demandé de prendre en charge ce dossier. Nous faisons également jouer notre réseau pour mettre cette affaire en lumière : les Français doivent savoir quels jugements iniques sont rendus en leur nom.
Toutefois, nous ne pourrons pas aider Anne-Sophie sans votre aide. Vous avez conscience des sommes colossales qui sont en jeu. Si jamais nous ne lui portons pas secours, cette femme courageuse, tenancière d’un magasin, sera ruinée.
Nous avons besoin de votre don pour offrir à cette compatriote tout le soutien qu’elle mérite face à cette justice aux ordres du pouvoir. Votre aide peut faire toute la différence pour une femme qui est menacée, aujourd’hui, de tout perdre. Je compte sur votre générosité.
François-Marie, président d’Entraide-Solidarité, membre du Réseau Identités

don

Tagué , ,
%d blogueurs aiment cette page :