Un homme, cela doit être viril ou cela ne doit pas être

Une société sans virilité est une société condamnée à mort. La société occidentale se meurt car elle a tué la virilité.

La société occidentale d’aujourd’hui, c’est celle des interdits, des culs serrés du PS/Europe Ecologie et des moralistes à deux balles. Au menu ils nous proposent, 5 fruits et légumes par jour, boire ou conduire il faut choisir, le tabac c’est le cancer, si tu roules je te flashe, si tu vas aux putes c’est pas bien, si tu penses pas comme nous on te dénonce et on te défonce.

La seule chose sur laquelle la gauche ne se bat pas réellement, c’est la pédophilie. On se demande bien pourquoi … Probablement son attrait pour les torses glabres et impubères.

La liste des interdits est toujours plus longue. Et M. Tout Le Monde se tait. Mais M. Tout Le Monde n’a plus rien dans le slip. Il conduit son monospace, respecte prudemment les limitations de vitesse, court le matin prendre son métro pour ne pas arriver en retard chez son capitaliste de patron, évite toute remarque politiquement incorrecte, est bien poli avec ses voisins, évite toute prise de position qui pourrait lui nuire, vous comprenez il doit encore rembourser son prêt. Son quotidien est constitué de ses petites lâchetés, se range à avis d’experts, adore le consensus qui lui évite d’être courageux. Son horizon se limite à compter ses points pour sa future retraite.

Le Monsieur Tout Le Monde n’est plus un guerrier, c’est un soumis. C’est une couille-molle. Ce n’est pas un mâle, mais un ectoplasme, sensible et tendre comme un Chapon prêt à être embroché pour le réveillon.

L’homme viril intervient pour porter assistance à autrui, l’homme sociable et sensible lui se contente de fuir et d’appeler la police (qui ne viendra pas ou trop tard).

Aujourd’hui, les supermarchés U sortent un catalogue pour Noël (catalogue pro-gender de la fête de l’hiver) où les petits garçons jouent à la dînette et où les petites filles s’amusent avec des voitures et des grues. Il faut désormais castrer le garçon dès sa tendre enfance.

Nous détestons cette société car nous pensons que l’homme viril constitue un pilier civilisationnel. L’homme viril est à la civilisation comme le globule blanc est au système immunitaire. Il remet de l’ordre dans la cité et lutte contre le barbare.

Nous affirmons, non, nous revendiquons HAUT ET FORT le droit de l’homme à la virilité. Sans virilité, il n’y a pas de héros. Et sans héros il n’y a pas de victoire ni de révolution.

L’homme sensible et sociable quand il manifeste fait en sorte de déclarer sa manifestation à la préfecture. Ensuite, il marche où on lui a dit comme le petit chiot fait pipi la où le maître lui a dit. Et surtout, il nettoie après sa manifestation. Pense-t-on sérieusement faire peur à l’Oligarchie avec ce type d’homme ?

L’homme sensible et sociable se contente d’aller voir les héros au cinéma en mangeant du pop-corn.Il se content de rêver d’être viril.

Nous aimons l’homme querelleur, bagarreur, qui n’a pas peur de voir son sang couler. Nous aimons l’homme courageux et téméraire. Nous aimons l’homme qui dit tout haut ce que les couilles molles pensent tout bas. Nous aimons les hommes tatoués. Nous aimons les hommes sportifs. Nous aimons les hommes qui ne respectent pas les règles que l’Oligarchie nous impose.

Nous jouons et jouerons avec nos règles, pas avec celles de ceux qui veulent nous couper les couilles puis la gorge. Gauche, droite ? Votre échiquier, nous ne nous mettrons pas dessus, nous le renverserons.

L’homme viril occidental est un gentleman, c’est un être courtois car virilité n’est pas barbarie. L’homme viril occidental est paré des vertus de la chevalerie qui forme sa mémoire historique, il respecte les femmes et défend les plus faibles, contrairement à la pourriture islamiste qui lapide et défigure les femmes et pratique la Sharia en sodomisant des enfants. L’islamiste est l’Antéchevalier. C’est une merde sans nom, paré des défauts les plus ignobles de l’humanité.

L’homme viril occidental est un Prince.

L’homme sensible et sociable est un Esclave, il mange les détritus qui sortent des usines capitalistes mondialisées et s’abreuve au vomi qui sort des bouches des moralistes socialo-communistes.

On lira ici : « Selon le cardinal John Henry Newman, dans l’Idée d’université, de 1852, les qualités du gentleman peuvent être résumées ainsi :

Le véritable gentleman (the true gentleman) est d’abord quelqu’un qui ne fait jamais de tort à autrui : il cherche à ôter les obstacles qui s’opposent aux initiatives de ceux qui l’entourent, et évite tout ce qui pourrait choquer ou perturber l’esprit des personnes en compagnie desquelles il se trouve.

Il ne se montre jamais ennuyeux, évitant de se mettre en avant dans la conversation. Il ne parle de lui que lorsqu’il y est contraint, et ne prête pas attention aux commérages.

Jamais mesquin ou petit, il ne cherche pas à tirer parti d’une situation de façon déloyale, et observe la maxime du sage, selon laquelle il convient de se comporter toujours envers un ennemi comme s’il devait un jour devenir un ami. Il a l’âme trop noble pour être blessé par les insultes.

Il supporte la souffrance, parce qu’on ne peut l’éviter, et la mort, car c’est sa destinée. »

Le cinéma français n’a plus produit d’hommes virils occidentaux après Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Lino Ventura, Jean Gabin et Michel Constantin. Un signe civilisationnel.

Tagué , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :