Livre : « L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie » par Hervé Kempf

oligarchie

Dans le domaine politique, on appelle « dictature » un régime dans lequel une personne (le dictateur), ou un groupe de personnes, disposant d’un pouvoir absolu, s’y maintient de manière autoritaire et l’exerce de façon arbitraire.

Les oligarchies dites « de fait » sont les sociétés dont le gouvernement est constitutionnellement et démocratiquement ouvert à tous les citoyens mais où en fait ce pouvoir est confisqué par une petite partie de ceux-ci.

Hervé Kempf, journaliste et écrivain français a publié en 2011 « L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie », dans lequel il décrit la dérive des sociétés démocratiques occidentales vers des régimes oligarchiques, c’est-à-dire dans lesquels un petit nombre de personnes détient les pouvoirs politique, économique et médiatique.

Les sociétés contemporaines du monde occidental, même si en droit elles se définissent comme démocratiques, sont elles aussi concernées par une dynamique oligarchique caractérisée par la concentration croissante du pouvoir décisionnel par une élite restreinte de dirigeants politiques, de grands chefs d’entreprises, d’acteurs financiers, de journalistes influents, etc.

Ceux-ci constituent en effet une caste de plus en plus puissante, dont les membres délibèrent entre eux de décisions s’appliquant à l’ensemble de la population, alors que celles-ci ont pour finalité exclusive de servir leurs intérêts personnels.

Ce constat amène à estimer que les régimes étudiés sont oligarchique de fait, et non plus démocratique. Cette idéologie qui suscite un consensus chez l’ensemble des « oligarques » a contribué à exacerber les inégalités au profit des « très riches », ainsi qu’à accentuer la relation entre capital détenu, prestige social et capacité à influer sur les principales décisions prises par un pays. Ceci aurait favorisé une collusion croissante entre les représentants politiques et les élites médiatiques, économiques ou financières afin de satisfaire des intérêts de plus en plus convergents, au détriment du « bien commun ».

Exemple d’attitude oligarchique : Daniel Cohn-Bendit sur le vote suisse sur les minarets (ici)

Michel Onfray : l’association des mafias planétaires des politiciens au pouvoir … (ici)

Dupont Aignan : une oligarchie qui a mis la main sur l’Europe (ici)

Entretien avec Nigel Farage : Pour une Europe des nations (ici)

Tagué ,
%d blogueurs aiment cette page :