Un point bleu pâle

pale_blue_dot

La Terre, petit point bleu pâle (« pale blu dot »). « Regardez encore ce petit point. C’est ici. C’est notre foyer. C’est nous. » Carl Sagan.

En 1990, la sonde Voyager prend en photo la Terre à 6,4 milliards de kilomètres. Carl Sagan, astronome américain, dira dans son livre « Pale Blue Dot: A Vision of the Human Future in Space » :

« Regardez encore ce petit point. C’est ici. C’est notre foyer. C’est nous. Sur lui se trouve tous ceux que vous aimez, tous ceux que vous connaissez, tous ceux dont vous avez entendu parler, tous les êtres humains qui aient jamais vécu. Toute la somme de nos joies et de nos souffrances, des milliers de religions aux convictions assurées, d’idéologies et de doctrines économiques, tous les chasseurs et cueilleurs, tous les héros et tous les lâches, tous les créateurs et destructeurs de civilisations, tous les rois et tous les paysans, tous les jeunes couples d’amoureux, tous les pères et mères, tous les enfants plein d’espoir, les inventeurs et les explorateurs, tous les professeurs de morale, tous les politiciens corrompus, toutes les “superstars”, tous les “guides suprêmes”, tous les saints et pécheurs de l’histoire de notre espèce ont vécu ici, sur ce grain de poussière suspendu dans un rayon de soleil.
La Terre est une toute petite scène dans une vaste arène cosmique. Songez aux fleuves de sang déversés par tous ces généraux et ces empereurs afin que nimbés de triomphe et de gloire, ils puissent devenir les maîtres temporaires d’une fraction d’un point. Songez aux cruautés sans fin imposées par les habitants d’un recoin de ce pixel sur d’indistincts habitants d’un autre recoin. Comme ils peinent à s’entendre, comme ils sont prompts à s’entretuer, comme leurs haines sont ferventes. Nos postures, notre propre importance imaginée, l’illusion que nous avons quelque position privilégiée dans l’univers, sont mis en question par ce point de lumière pâle. Notre planète est une infime tache solitaire enveloppée par la grande nuit cosmique. Dans notre obscurité – dans toute cette immensité – il n’y a aucun signe qu’une aide viendra d’ailleurs nous sauver de nous-mêmes. La Terre est jusqu’à présent le seul monde connu à abriter la vie. Il n’y a nulle part ailleurs, au moins dans un futur proche, vers où notre espèce pourrait migrer. Visiter, oui. S’installer, pas encore. Que vous le vouliez ou non, pour le moment c’est sur Terre que nous prenons position.
On a dit que l’astronomie incite à l’humilité et fortifie le caractère. Il n’y a peut être pas de meilleure démonstration de la folie des idées humaines que cette lointaine image de notre monde minuscule. Pour moi, cela souligne notre responsabilité de cohabiter plus fraternellement les uns avec les autres, et de préserver et chérir le point bleu pâle, la seule maison que nous ayons jamais connue. »

Nous pensons absolument nécessaire que chacun de nous développe une pensée multi-dimensionnelle. Nos pensées et nos actions doivent s’inscrire dans une dimension multiple : le quotidien de nos enjeux individuels. Mais également les enjeux locaux des petites patries. Mais également les enjeux nationaux et identitaires. Mais également les enjeux européens et civilisationnels. Mais également les enjeux mondiaux et la survie de l’humanité. Tout cela à la fois.

Il faut également apprendre à percevoir le temps et l’histoire d’une autre manière : imaginez-vous être une petite fourmi sur une plage se déplaçant sur des lettres tracées sur le sable par une homme, lettres formant le mot « histoire ». La petite fourmi ne perçoit pas le niveau de réalité qui est celui de l’homme sur la plage. De son point de vue, elle voit uniquement des grains de sable formant un vaste champ de rochers.

Il faut donc envisager notre vie et notre action autrement que dans l’instant, dans la jouissance de l’immédiat ou très court terme, dans la recherche de l’unique intérêt personnel. Chacun de nous doit avoir en tête dans sa vie quotidienne que les changements que nous pouvons voir comme lents dans une vie humaine sont rapides pour l’histoire de l’homme, des civilisations et de la Terre. Qu’il ne faut pas vouloir tout réussir dans l’instant, il y aura peut-être des victoires qui seront celles de nos enfants, de nos petits-enfants ou de nos arrières-petits-enfants. Mais que les batailles qui ne sont pas menées ne seront pas gagnées.

Tagué , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :