Au parlement, l’UMPS se fout de vous : il faut tous les balancer au fond de la cale.

Dans notre article intitulé « Article 1 de la loi de Taubira : 97 députés à sauver, les autres à mettre au fond de la cale » (ici), nous indiquions que 97 députés pouvaient être sauvés.

Rectification : au parlement, il y a zéro député à sauver. L’UMPS se fout de vous : il faut tous les balancer au fond de la cale.

Les 2 articles ci-dessous démontrent la connivence de l’UMP et du PS.

Un espèce de match de katch truqué où l’ange blanc fait semblant d’étrangler son adversaire. Et à la fin, tout le monde est content, chacun a bien joué son rôle. L’UMP a sauvé la façe (« z’avez vu, on s’est battu comme des diables ») et le PS qui fait des gorges chaudes du « progrès en marche ».

Et ils continuent tous à émarger au budget de l’Etat à la fin du mois avec votre pognon.


Un article du Salon Beige (ici) révélait le 8 au matin : « Jean-Jacques Urvoas, président PS de la commission des Lois, pense que la majorité aura la droite «à l’usure». Mais la droite tient le rythme. Pour le moment. Car elle pourrait revoir sa position d’ici au week-end, alors que près de 2 300 amendements restent à étudier. Philippe Gosselin déclare : «On est tous ensemble dans le même bocal, notre position peut évoluer minute par minute. Si on décide d’accélérer, on accélèrera. On ne défendra plus nos amendements avec nos deux minutes de temps de parole, et ça ira beaucoup plus vite

Un député de gauche révèle : «Christian Jacob était partisan de rassembler les 2 300 amendements restants en 145, selon leur thématique, en vue d’une fin des débats samedi matin. Mais il semble avoir été mis en minorité dans son groupe. Il ne tient pas ses troupes, il est débordé par les excités réunis autour de Mariton. Et comme les députés UMP mal à l’aise sur la question ne viennent plus en séance, c’est la ligne dure qui l’emporte.» »

Un flash du figaro le 09 au matin (ici) confirmait l’abandon par l’UMP de toute forme de résistance : « Le débat-marathon sur le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels s’est achevé à l’Assemblée nationale très tôt samedi matin, après 10 jours et près de 110 heures de discussions dans l’hémicycle, où l’UMP a bataillé jusqu’au bout. L’ultime séance a été levée ce matin à 5h40 par le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS), après 24 séances de discussions étalées sur 10 jours où ont été examinés 4.999 amendements. Le vote solennel sur le texte aura lieu mardi après-midi.

Claude Bartolone, les ministres de la Justice, Christiane Taubira, et déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, sont sortis ensemble de l’hémicycle, suivis par les élus socialistes, dont le rapporteur du texte, Erwann Binet. Si la gauche, à l’exception de quelques élus, notamment ultramarins, votera pour ce qu’elle considère « avec fierté » comme un « progrès pour l’égalité des droits », la droite rejettera très majoritairement le texte. Deux élus UMP ont cependant annoncé qu’ils voteront pour, deux autres qu’ils s’abstiendront, trois députés UDI qu’ils voteraient pour.

Une « dynamique admirable » pour Taubira

Avec « un nombre impressionnant de députés aux séances » et malgré des « moments difficiles », « nous avons donné un bel exemple de ce que peut être l’Assemblée, cœur battant de la démocratie« , a affirmé M. Bartolone, dont le pilotage quasi intégral du débat depuis le « perchoir » a été saluée sur tous les bancs. La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a salué entre autres une « dynamique admirable » de la majorité et estimé que la société s’était « appropriée » le mariage pour tous et que « la démonstration avait été faite » que « ce peuple s’élève constamment au-dessus des fameuses lois naturelles ». Elle avait, un peu plus tôt, été ovationnée par la gauche.

S’il a souligné la mobilisation du gouvernement et de la majorité « avec fierté » pour défendre un « progrès pour l’égalité des droits », Philippe Martin, vice-président du groupe socialiste, a mentionné aussi le « courage » et la « pugnacité » de l’opposition, même « un peu répétitive ».

« Le combat continue », assure Christian Jacob

Au terme d’un débat marqué par « beaucoup de passion, parfois de colère » et « une présidence impartiale », le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, a dit sa « tristesse » car la majorité a, selon lui, en s’en « prenant à l’institution du mariage voulu satisfaire des désirs d’adulte au détriment du droit de l’enfant ». « Notre bataille a permis que l’opinion connaisse les dangers de votre circulaire qui porte à la reconnaissance de la GPA » (gestation pour autrui, mères porteuses) et « une victoire parce que nous vous avons fait reculer sur la PMA » (procréation médicalement assistée), a-t-il estimé. Et « le combat continue », avec l’examen du projet de loi à venir au Sénat et la manifestation du 24 mars, selon M. Jacob. »

MAIS MONSIEUR CHRISTIAN JACOB DE L’UMP, SI LE COMBAT CONTINUE, IL FALLAIT PAS LACHER LE MORCEAU A L’ASSEMBLEE CE MATIN. ON VOUS PAYE PAS POUR MANGER DU FOIE GRAS ET BOIRE DES BONNE BOUTEILLES, MAIS POUR FAIRE VOTRE BOULOT AU PARLEMENT.

Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :